[Netflix] Bleach : une adaptation un peu délavée ?

Les vacances permettent, la plupart du temps, de prendre du temps pour soi et de faire ce qu’on n’a jamais le temps de faire d’ordinaire. Pour moi, ça a été de me poster devant Netflix et de regarder quelques séries et films en retard. A commencer par Bleach, une adaptation originale de Netflix.

Une histoire qui commence bien.

Avant de lancer le film, il faut savoir que je n’avais vu aucune bande-annonce. Donc je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre avant le cliquer sur le bouton “lecture”. Il me semble également que je n’avais pas vraiment vu de critiques sur les réseaux sociaux, ce qui est assez rare pour être signalé. Ce qui m’a fait peur dans un premier temps, c’est la couleur des cheveux d’Ichigo (c’est un peu à cause de ça que le manga s’appelle Bleach – “délavé” en anglais. J’avais trop peur que ça fasse trop perruque, comme dans l’adaptation de Dead or Alive (le jeu de combat, et non les excellents films hong-hongkongais). Mais non en fait.

Résultat de recherche d'images pour "bleach netflix"

Concernant l’histoire, je trouve que cela respecte bien ce que j’avais vu dans l’animé. Le jeu des acteurs n’est pas vraiment exagéré, comme c’est souvent le cas dans les drama japonais. On retrouve (presque) tous les éléments des origines de l’histoire.

  • les capacités de Ichigo de voir les morts,
  • l’arrivée de Rukia et la perte de ses pouvoirs,
  • l’arrivée de Byakuya et de Renji,
  • Enfin, l’intervention d’Uryû Ishida.

Image associée

Je trouve également que l’enfance d’Ichigo est bien retranscrit ainsi que ses émotions quant à la mort de sa mère. Cependant, en soit, le film fait son taf et peut être considéré comme étant une bonne adaptation.

Mais il y a un “mais”.

Ce qui me désole un peu, c’est que les personnages d’Orihime et de Chad. On ne voit même pas la scène quand Ichigo purifie l’esprit du grand frère d’Orihime qui, me semble-t-il est une scène importante. Et puis, on ne voit pas non plus Kun et l’explication des âmes artificielles. De plus, je trouve que les bankai sont mal fait : dans certaines scènes, on voit directement que c’est du papier mâché. Et cela ne fait pas très sérieux je trouve pour une plateforme qui a une telle envergure dans le monde. Digne des nanards des années 1980-1990.


En somme, je pense que vous pouvez aller le regarder sans trop de craintes. Voire même attendre une suite car cela reprend tout juste le début de l’animé. J’aimerais bien savoir comment ils vont représenter la Soul Society et le reste des personnages clé. Et mention spéciale pour la VF avec des comédiens dont vous reconnaîtrez sans doute dès les premiers mots : Donald Reignoux (Ichigo), Kelly Marot (Rukia) et Alexis Tommassian (Ishida).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *